Le conseiller de longue date de Viktor Orbán démissionne pour un “discours purement nazi” | Hongrie

Conseiller de longue date Viktor Orban a démissionné pour protester contre le “discours purement nazi” du Premier ministre hongrois, “digne de Goebbels”.

Zsuzsa Hegedüs, l’un des plus anciens conseillers d’Orbán, connaît le Premier ministre depuis 2002 et a décrit ses relations avec lui comme amicales. Cependant, dans sa lettre de démission – publiée par un journal hongrois hvg.hu mardi – il a déclaré qu’il était devenu de plus en plus mal à l’aise avec le “virage illibéral” d’Orbán ces dernières années.

Orbán a fait de la rhétorique anti-immigration un élément central de sa plate-forme politique depuis 2015 et utilise souvent un langage d’extrême droite, mais son discours de samedi – dans lequel il s’insurgeait contre le “mélange racial” – était extrême même selon ses critères.

Dans son discours, Orbán a déclaré que le mélange des Européens est acceptable, mais que les Européens se mélangeant avec des non-Européens ont créé un peuple «métissé».

“Nous sommes prêts à nous mélanger, mais nous ne voulons pas devenir des nations métisses”, a déclaré Orbán. Il a ajouté que les pays où cela était considéré comme acceptable “ne sont plus des nations”.

Hegedüs a déclaré qu’il avait longtemps défendu le Premier ministre contre les accusations d’antisémitisme, mais qu’il pensait que son dernier discours était défendable. “Je regrette sincèrement qu’une attitude aussi honteuse m’ait forcé à mettre fin à notre relation”, a-t-il écrit.

Le bureau d’Orbán a publié une réponse à Hegedüs dans laquelle il a accepté sa démission mais a nié être raciste.

“Vous ne pouvez pas sérieusement m’accuser de racisme après 20 ans de coopération. Vous savez mieux que quiconque Hongrie mon gouvernement a une politique de tolérance zéro pour l’antisémitisme et le racisme”, a-t-il écrit.

“,”caption”:”Sign up to First Edition, our free daily newsletter – every weekday morning at 7am BST”,”isTracking”:false,”isMainMedia”:false,”source”:”The Guardian”,”sourceDomain”:”theguardian.com”}”>

Abonnez-vous à la première édition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les jours de la semaine à 7h00 BST

Le discours d’Orbán, prononcé lors d’un événement à Băile Tuşnad, en Roumanie, où il prononce traditionnellement le discours d’ouverture annuel, a suscité une réaction immédiate en Hongrie et à l’étranger.

Ce genre de critique n’est pas nouveau, et Orbán s’épanouit en le décrivant comme un combattant contre le soi-disant politiquement correct et l’élite libérale européenne. Différer de son entourage sur des questions de principe est cependant extrêmement rare et montre que même parmi certains à droite, il y a un malaise quant au développement de sa rhétorique raciale.

Orbán doit se rendre à Dallas la semaine prochaine, où il ouvrira CPAC Texas, un rassemblement de conservateurs américains. Orbán compte l’ancien président américain Donald Trump parmi ses nombreux admirateurs de la droite américaine.

Leave a Comment